Sélectionner une page

D’un côté, il y a un César Milan et de l’autre Jean Lessard. Les deux sont pourtant complètements différents. Pour un propriétaire, tout cela commence à être mélangeant. D’une part, on utilise la force et de l’autre, des récompenses. Mais comment éduquer notre chien ? Lisez-les quelques lignes pour mieux vous situer.

Méthodes traditionnelles

Donc, il y a eut des méthodes traditionnelles qui ont été basées sur les méthodes de l’armée. Dans celles-ci, on parle beaucoup de la théorie de dominance ainsi que de la théorie de la hiérarchie chez le chien. En gros, ils parlent surtout que les chiens sont comme les loups, qu’ils vivent en meute et qu’ils ont un chef de meute. Pour les enseigner, les gens utilisent des méthodes punitives, c’est-à-dire qu’ils punissent lorsque le chien fait quelque chose de mal. On voit aussi les accessoires tels que les colliers étrangleurs et électriques dans cette méthode.

Pourquoi plusieurs disent que ce sont des méthodes dépassées ?

C’est simple, elles ne tiennent pas en compte le côté sentimental du chien. De plus, il est plus difficile d’entretenir une saine relation avec son compagnon, si notre relation est basée sur la répression.

L’homme qui a apporté la théorie de meute a lui-même réfuté sa théorie. Ce n’est pas vraiment en meute que les chiens vivent, mais bien en famille ! Donc, plus besoin de « montrer c’est qui le maître ».

 

Quels sont les inconvénients et risques ?

 

  • Le chien démontre souvent lors de cette méthode, des signes de stress qui ne sont pas respectés et qui peuvent entraîner une agression. Le chien se protège.
  • Parfois, cela crée des séquelles psychologiques parfois irréversibles.
  • La relation entre le propriétaire et le chien est tendue et basée sur la répression et la confrontation.

 

Nouvelle méthode

 

La nouvelle méthode est tant qu’à moi beaucoup ressemblante avec la psychologique que l’on utilise avec les jeunes enfants. Par exemple, un enfant de 3 ans apprend à faire sur le pot. Aujourd’hui, on utilise un système de récompenses durant lequel on lui donne par exemple un collant lorsqu’il réussit son exercice, mais on passe par-dessus lorsque bébé fait dans sa couche. C’est exactement la même chose lors de l’apprentissage de la propreté chez le chien. On le met aux 15 minutes dehors, on récompense lorsqu’il réussit, et on oublie lorsqu’il fait dans la maison. On appelle cela du renforcement positif.

 

Les bienfaits du renforcement positif

Les recherches ont démontré que l’utilisation d’une méthode progressive et positive tel que le renforcement positif donne des rendements exceptionnels. En plus de :

  • Diminuer le temps de l’apprentissage
  • Rendre l’apprentissage agréable, donc moins de stress ou frustration.
  • Une meilleure relation entre le propriétaire et sont chien.
  • Un bon exercice mental pour le chien
  • Réduis les erreurs durant l’exercice
  • On «n’ancre pas» de comportement non-désirable puisqu’ils ne sont pas pratiqués.

 

Bref, c’est vraiment incroyable de voir l’enthousiasme du chien face à son apprentissage et notre fierté lorsqu’il réussit!

 

Mais pourquoi certains dresseurs l’utilisent encore les méthodes traditionnelles ?

 

  1. Parce qu’ils ont mal mis à jour leurs informations.
  2. Parce qu’ils ont appris de la personne qui n’a pas mis à jour ses informations.
  3. Parce qu’au Québec, plusieurs personnes s’improvisent « dresseur » sans les connaissances nécessaires. Donc, il est important de s’informer des études de l’éducateur canin avant de commencer.

 

En lire d’avantage : http://www.demaindemaitre.ca/blog-educateur-canin/

Share This

Share This

Share this post with your friends!